Fig. 50. - Juvéniles de Phyllorhiza punctata élevés dans un Kreisel de 300 l, les polypes ayant été mis à diposition par l'Aquarium de La Rochelle. Elevage et photo Pascal Aubert .
Phyllorhiza punctata (Von Lendenfeld, 1884), Méduse ponctuée d'Australie ( la photo du bandeau est de Jean-Jacques Eckert) . La « Méduse ponctuée d’Australie », également connue sous le nom commun de « Méduse constellée », est originaire, comme son nom l’indique, des côtes australiennes. Elle est également et naturellement présente dans une grande partie de l’Indopacifique. Considérée comme une espèce invasive, son aire de répartition a tendance à s’élargir, polypes, scyphistomes, éphyrules et petites méduses étant notamment disséminés par le transport maritime (ballast). Aussi, la retrouve-t-on désormais dans le Golfe du Mexique, les Caraïbes et même en Méditerranée, en particulier de l'Est, au large des côtes israéliennes où elle est signalée comme espèce Lessepsienne !
Lien = http://wikipedia.org/wiki/Phyllorhizapuntata Vidéo = (à venir)
Page 19
*Pillot (R.), 2009. -Aquarium de La Rochelle, Mise en place d'un protocole d'élevage de Phyllorhiza punctata , Rapport de stage Licence professionnelle Aquaculture Continentale et Aquariologie (LP-ACA). IUT du Montet, Villers-lès-Nancy, 42p. (hors annexes).
Ci-dessous, schéma, hors texte, de Lionel Feuillassier , permettant de comparer la métamorphose des éphyrules d' Aurelia aurita (à gauche) et de Phyllorhiza punctata (à droite). Chez P. punctata , les 4 bras buccaux se ramifient en effet très rapidement. Ce dédoublement fait qu'il n'y a plus 4 mais 8 terminaisons ce qui permet une différenciation précoce des deux espèces
Festival de mots : Aurélie Part.1 p. 01 - p. 02 - p.03 - p. 04 - p. 05 - p. 06 - p. 07 Part.2 p. 08 - p. 09 - p. 10 - p. 11 - p. 12 - p. 13 - p. 14 - p. 15 - p. 16 - p. 17 - p. 18 - p. 19 - p. 20 - p. 21 - Part. 3 p . 22 - p. 23 - p. 24 - p. 25 - p. 26 - p. 27 - p. 28 - p. 29 - p. 30 - Partie 4. p. 31 - p. 32 - p. 33 - p. 34 - p. 35 -
Famille des Mastigiidés (Séméostomes) .
Ces derniers sont beaucoup plus petits et sensibles que ceux d'Aurélie et de Cassiopée (nourrissage avec des Nauplii d'Artémias type AF (souche de petite taille) et de Rotifères d'après Lionel Feuillassier . Par contre, l'éphyrule est exactement la même que celle d'Aurélie et se confond facilement avec elle ( Rémi Pillot * préconise des Rotifères pour les polypes et le mélange Rotifère - Nauplii d'Artémias pour les éphyrules). Les images ci-dessous ont été prises par de rares amateurs pratiquant l'élevage de Phyllorhiza punctata, depuis les polypes jusqu'au stade adulte. A noter la différence de coloration des spécimens issus de la Méditerranée et qui n'arborent pas la "fameuse" couleur bleue !
Puissamment microphage, elle peut, dans les zones où elle est considérée comme exotique entrer en concurrence directe avec les espèces locales, mais aussi influer grandement et le plus souvent défavorablement sur les pêcheries. Son aptitude à se nourrir d’œufs de poissons, de larves de toutes espèces, crevettes en particulier, peut avoir un impact écologique et économique considérable, lors de proliférations excessives, pas toujours expliquées. Inversement, des symbiontes vivent en sa compagnie comme des crevettes, du genre Latreutes en particulier. Cette belle méduse à ombrelle sans tentacules et parsemée de sorte de petits pois blanchâtres, régulièrement disposés, peut atteindre 50 voire 60 cm de diamètre. Elle héberge, le plus souvent, des zooxanthelles qui lui donnent sa coloration brunâtre, jaunâtre ou bleutée et lui fournissent de l’énergie (glucides), à peu de frais. Son organisation générale rappelle celle de son très célèbre proche parent, le « poumon des mers » ( Rhizostoma pulmo ), une espèce « chou-fleur » de belle taille qui fréquente nos côtes, y compris, bien sûr, les méditerranéennes. L’espèce pratique l’alternance des générations méduse - polype. Son cycle vital étant maîtrisé, elle est désormais couramment présentée en Aquarium public, en particulier à La Rochelle et Nausicaa notamment. A Berlin elle fait partie de la vingtaine d’espèces disponibles en permanence, au moins sous forme de polypes.
Fig. 49 - Phyllorhiza punctata , Photo Claire Bachimont-nausicaa DSC_0185

Fig. 51. - Phyllorhiza punctata d'origine méditerranéenne (naissances spontanées dans un bac de Cassiopées alimenté en eau de mer brute), élevées selon les mêmes principes que pour Aurélie (aquarium boule). Elevages et quatre photos Lionel Feuillassier.
Festival de mots Biodiversité Maldives Festival de sons Biographies Festival d'images Nancy tropical Poissons des eaux douces de France Album Vie - identification 1 Vie - identification 2 Données écologiques, pisciculture et lexique Liste des espèces Fiches aquariologiques Machine à remonter le temps Colisa chuna Fundule bleu Polycentrus Discus Terrarium Retrospectives (vidéos) Vidéo Stella La Méditerranée Gilbert Fournier Groupe des rescapés Vincent Labat Les Océanautes L'eau de là Son et lumière des poissons électriques Jumelages Nancy Liège 1972 Le Dr HR Axelrod à Nancy en 1976 Voyage à Berlin en 1977 Aquaphone 1989 Les 50 ans du C.A.N. Affiche - Programme Album Parmantier Album Poissons Album Salvé Aquaphone AccueilCopyright 2016
www.denis-terver.fr
Contact