Polypes de la Méduse Aurélie (Aurelia aurita) . Photo D. Terver - G. Eckert
Fig. 7. - Organes des sens chez les Cnidaires : outre les cellules neuroépithéliales de l'ectoderme, d'autres structures jouent un rôle sensoriel comme les statocystes, les taches oculaires ou les rhopalies. Ces organes sensoriels dérivent d'un tentacule dont ils prennent la place et jouent un rôle primordial dans l'équilibre et la nage coordonnée et harmonieuse. Selon les espèces, ces structures sont plus ou moins élaborées et pas forcément présentes simultanément.
Les Statocystes sont des invaginations ectodermiques formant une cavité dans laquelle on rencontre deux types de cellules: sensorielles et pédonculées. Le cytoplasme de ces dernières renferme un statolithe qui, dans certains cas, flotte dans la cavité. Ces structures peuvent être comparées aux organes d’équilibre (oreille interne) des Vertébrés car fonctionnant sur le même principe. Elles démontrent l’aptitude des méduses à incorporer et concentrer dans leurs tissus, dès les premières étapes de la métamorphose des polypes, du calcium prélevé dans le milieu naturel. Les taches oculaires ou ocelles (petits yeux), situés à la base des tentacules chez les Hydroméduses, sont intégrés aux rhopalies chez les Scyphoméduses. Ces yeux primitifs sont constitués d'une cornée, d’un cristallin (mais pas toujours), d'une cupule avec des cellules en bâtonnets et des cellules pigmentaires. La lumière traverse le cristallin (quand il est présent), puis et d'abord tout le cytoplasme de la cellule avant d'atteindre les cellules sensorielles ou bâtonnets formant une sorte de rétine : ces yeux primitifs sont dits inverses ou indirects.
Remarque : l'espace ci-dessous est laissé libre de façon à pouvoir compléter ce chapitre au fur et à mesure des mises à jour.
Page 03
Au fil du développement, une série d'étranglements circulaires se précise et le scyphistome produit par strobilisation ou strobilation de petites méduses, libres et nageuses : les éphyrules ou éphyres (Fig. 12 et 13). La mésoglée, mieux structurée, comporte des cellules identifiables. Sous-classe : Discoméduses . L'ombrelle est discoïde, rappelant plutôt une assiette qu'un bol ou une cloche, sa face supérieure étant lisse (non sillonnée). Ordre : Séméostomes. Grandes méduses en forme d'ombrelle munies d'un "manche" ou manubrium bien développé, divisé en quatre bras buccaux ou oraux. Chaque bras est lui-même divisé en deux tentacules buccaux. Le bord de l'ombrelle porte le plus souvent de nombreux tentacules creux très minces, très effilés, fragiles, ainsi que huit petits organes sensoriels équidistants, de teinte violette, chacun situé dans une échancrure : les rhopalies (Fig. 7) . Ces organes sensoriels statorécepteurs, jouant un rôle essentiel dans l'équilibre et la motricité, sont parfois associés à une fossette olfactive (odorat primitif = chimiorécepteurs), ou à une tache oculaire (petit œil ou ocelle primitif).
Festival de mots : Aurélie Part.1 p. 01 - p. 02 - p.03 - p. 04 - p. 05 - p. 06 - p. 07 Part.2 p. 08 - p. 09 - p. 10 - p. 11 - p. 12 - p. 13 - p. 14 - p. 15 - p. 16 - p. 17 - p. 18 - p. 19 - p. 20 - p. 21 - Part. 3 p . 22 - p. 23 - p. 24 - p. 25 - p. 26 - p. 27 - p. 28 - p. 29 - p. 30 - Partie 4. p. 31 - p. 32 - p. 33 - p. 34 - p. 35 -
Famille : Ulmaridés (qui ressemble à l'Orme). Genre : Aurelia = Or (allusion à la couleur de l'ombrelle, voir aussi Fig. 15). Entre 7 et 13 espèces sont attribuées au genre selon les auteurs mais le doute subsiste sur la validité de bon nombre d'entre-elles. Espèce : aurita = Oreille (du latin auris, allusion à la forme des gonades). Noms communs : Aurélie commune, Méduse lune, Gelée de lune, Méduse commune, Méduse bleue … Aurélie mérite bien son nom de Méduse commune : elle reste quasiment identique à elle-même dans toutes les mers du globe, y compris en Mer Rouge où est elle est cependant peu fréquente comparativement aux côtes européennes et méditerranéennes, en particulier celles touchées par la pollution (estuaires notamment). Se rencontre également en eaux saumâtre (jusqu’à 6 g/l) et supporte des T° allant de 0 à 30 °C !. L’alternance d'état (ou de phase) polype - méduse, est de règle (dans certains cas, elle peut toutefois « sauter » le stade polype). Les Aurélies ne sont, en principe, pas dangereuses pour l'homme (sauf cas d'allergie). Les cnidocystes n'étant pas capables de traverser la peau humaine, les piqûres éventuelles ne sont, le plus souvent, que très faiblement ressenties. L’ennemi héréditaire d’Aurélie (et de bien d’autres Méduses) : les Tortues et en particulier du genre Caretta , sans toutefois que cette prédation soit constante. D’autres prédateurs comme de nombreuses espèces d’oiseaux de mer (Pétrels, Goélands), de Poissons (Bogues, Maquereaux, Thons), de Gastéropodes ( Coryphella ) et même des Mammifères (Dauphins), sont également sur les rangs, sans oublier les méduses mangeuses de méduses… ni la cuisine asiatique (nous reviendrons sur ce sujet lors de la deuxième partie). D’une façon générale, la raréfaction des prédateurs (surpêche par exemple), peut induire une plus forte prolifération des gélatineux. C’est le cas des Thons, mais aussi du Poisson lune ( Mola mola ), ou du bien nommé Rouffe des méduses ( Schedophilus medusophagus ), au nom d'espèce très explicite.

Images hors texte : photos Patrick Louisy, prises en milieu naturel. A gauche, essaim d'Aurélies en Mer Rouge. A droite, spécimen dans l'Etang de Thau.
Des vidéos à visionner Aurélie, la Méduse qui nous méduse : http://youtu.be/ua75KGJEmGw Aurélie la Méduse : http://youtu.be/P21fMDl2GYg Vidéo Lesur Aurélie : https://vimeo.com/61725241
Festival de mots Biodiversité Maldives Festival de sons Biographies Festival d'images Nancy tropical Poissons des eaux douces de France Album Vie - identification 1 Vie - identification 2 Données écologiques, pisciculture et lexique Liste des espèces Fiches aquariologiques Machine à remonter le temps Colisa chuna Fundule bleu Polycentrus Discus Terrarium Retrospectives (vidéos) Vidéo Stella La Méditerranée Gilbert Fournier Groupe des rescapés Vincent Labat Les Océanautes L'eau de là Son et lumière des poissons électriques Jumelages Nancy Liège 1972 Le Dr HR Axelrod à Nancy en 1976 Voyage à Berlin en 1977 Aquaphone 1989 Les 50 ans du C.A.N. Affiche - Programme Album Parmantier Album Poissons Album Salvé Aquaphone AccueilCopyright 2016
www.denis-terver.fr
Contact